Souvent, dans les situations proposées, que ce soit sur internet ou dans la revue fédérale, les comportements attendus sont visibles, et dans le meilleur des cas ,ils sont hiérarchisés.
Ces termes barbares pour le novice et parfois mal maîtrisés, sont à notre sens des éléments indispensables à la pédagogie, mais aussi au managérat des équipes de jeunes. Nous allons tâcher de vous expliquer pourquoi nous y portons autant d’attention et essayer de vous convertir aux « comportements attendus ».
Les comportements des joueurs
Quand vous placez les joueurs dans une situation suffisamment ouverte, et, leur posant un problème, ils apportent une réponse qui leur est personnelle et surtout observable, lors des premiers passages. C’est ce que nous pouvons appeler un comportement. Ce que vous pouvez observer, est issu de ce qu’est l’enfant au moment où il réalise la situation, comme le montre le schéma suivant :

Origine des comportements observables

Pour rappel, voici les éléments non observables permettant à l’enfant de produire une réponse à une situation donnée :

Les ressources individuelles

Ces éléments sont évolutifs dans le temps, ce qui fait qu’à un moment donné, vous pouvez observer un comportement qui sera différent de celui vu plus tard dans une même situation, mais nous ne rentrerons pas plus dans les détails.
Ces comportements observés doivent être comparés à nos « fameux » comportements attendus. Ces derniers sont basés sur une réflexion préalable, pendant la construction du projet de formation et du projet de jeu pour la catégorie en découlant. Voici leur premier rôle, ils doivent permettre à l’éducateur de situer les réponses de l’enfant. Lors d’une situation, sur une échelle de niveau, représentée par la hiérarchisation des comportements, du plus important, prioritaire ou indispensable à acquérir, aux éléments dits « moins importants » ou qui ont besoin des précédents pour avoir lieu.

Utilisation des comportements attendus pour évaluer

Vous comprenez à présent, toute l’importance d’une bonne hiérarchisation des comportements attendus, pour vous aider à évaluer rapidement le niveau d’un enfant, que ce soit lors d’une séance ou quand vous managez. Nous pensons qu’ils peuvent aussi vous aider dans la constructions de vos situations, voir de vos séances, mais nous y reviendrons plus tard.
Comment construire une hiérarchisation des comportements attendus
Nous allons vous présenter notre méthode, mais il en existe certainement d’autres.
Les comportements désignent les actions d’un être vivant pour Wikipedia. Ce que nous, éducateurs de handball, nous traduisons par des savoir-faire, or nous savons que ces derniers sont dépendants des ressources de chaque enfant. Cette signification nous semble trop ciblée pour décrire une hiérarchisation adaptée à tous les joueurs que nous allons rencontrer. Pour nous, il semble plus simple de partir des intentions de jeu et aussi plus logique. Une intention est définie dans le dictionnaire Larousse, comme «  la disposition d’esprit par laquelle on se propose délibérément un but », en d’autres mots, la volonté qu’a un individu d’accomplir une tâche. Elle nous semble plus proche de nos problématiques dans la formation de l’enfant, car beaucoup d’entre eux, débutants ou non, peuvent avoir des limites au niveau moteur ou psychologique qui les empêchent de réaliser avec efficience un geste donné (« le faire »), mais comprennent ce qu’il faudrait pourtant réaliser (« le vouloir »). Il nous semble donc logique, de hiérarchiser d’abord des intentions, puis de les développer avec des savoir-faire à apprendre au service de celle-ci. Mais attention, nous pensons qu’il est absolument indispensable de laisser une porte ouverte à la créativité du joueur dans les savoir-faire, car les enfants tout comme les adultes, sont capables d’inventer des éléments moteurs pour répondre à des situations données, que nous ,éducateurs et entraîneurs, nous n’aurions même pas imaginés. Nous aurions envie de dire, encore plus chez les enfants, à condition qu’ils ne soient pas limités par leurs éducateurs.
Pour créer sa hiérarchisation à partir des intentions, voici comment vous pouvez procéder. Nous choisissons par exemple, la mise en place d’une défense homme à homme tout terrain. L’idée est simple, il s’agit de lister dans l’ordre ce qu’il faut réaliser pour obtenir ce genre de défense de manière performante, en partant des intentions d’ordre collectives, puis d’aller vers les rôles que les joueurs peuvent avoir. Une fois ce travail fait, il s’agit de lister pour chaque intention, des savoir-faire à acquérir.
Voici un exemple, avec certaines intentions plus détaillées :

Hiérarchisation des comportements attendus en homme à homme

Une fois ce travail réalisé, vous pouvez passer à l’étude des rôles de chacun, en les dissociant. Prenons l’exemple du défenseur du porteur de balle, dans la troisième intention qui est de protéger le but :

Protéger le but – défenseur du porteur de balle, exemple

Rassurez-vous ce travail fastidieux, vous sera utile pendant au moins une saison avec un groupe. Il vous permettra de savoir avec précision, ce que vous voulez faire apprendre à l’enfant, dans quel ordre et de les aider quand ils rencontrent des problématiques. Il améliorera grandement votre capacité à animer vos séances.
Utiliser sa hiérarchisation des comportements attendus pour créer une situation ou une séance
Nous souhaitons, à présent réaliser une situation sur la mise en place de défense homme à homme, et agir prioritairement sur le défenseur du porteur de balle. Dans ce cadre, nous pouvons fonctionner avec des groupes de deux et un ballon pour deux. Le nombre de binôme à réaliser est dépendant du nombre d’enfants présents.
La première intention est donc ,la première problématique que doit vivre le joueur ,et « se reconnaître défenseur ». Choisissons par exemple le signe de l’arbitre avec le sens de l’équipe qui va attaquer, précédé d’un coup de sifflet pour lancer le jeu. Afin de poser la problématique de la répartition des joueurs, je peux volontairement mal placer les équipes, afin que les défenseurs aient besoin de se replacer entre leurs vis-à-vis et le but.
Voici une première idée de situation en respectant les intentions et problématiques s’y rapportant :

Exemple de situation déduite de la hiérarchisation

Comme vous l’avez compris l’aménagement matériel amène les comportements attendus.
Cette logique de construction peut être valable au sein d’une séance :
  • Une situation globale avec l’ensemble des problématiques relatives aux différentes intentions,
  • Des situations de remédiation, où vous faites un « focus » sur l’intention posant problème, avec les savoir-faire à apporter ou à améliorer pour que l’enfant puisse répondre aux problèmes,
  • etc (sous la forme d’un aller-retour entre la situation globale et les situations de remédiations).
Remerciements à René Vernet, à qui je « dédie » ce petit article qui ne sera jamais à la hauteur de ce qu’il m’ a apporté…