La queue du serpent
 
Ce jeu traditionnel est digne d’intérêt avec les petites catégories, surtout son évolution, qui permet de faire émerger des stratégies collectives. Il est utilisable avec les plus grands pour son attrait ludique.
Mise en place :
Dans un premier temps, nous tenons à vous  faire part de notre expérience sur ce jeu, et notamment ,comment doivent s’accrocher les membres de l’équipe qui forment le serpent. Nous avons essayé presque toutes les modalités possibles.Le fait de s’accrocher par la taille est le moins dangereux. Par les épaules, il n’est pas rare que finalement les enfants se tiennent par les habits et, pris par le jeu, étranglent celui de  devant eux.
Une première variable intéressante est la zone de jeu, qui peut prendre une forme circulaire, mais aussi devenir plus ou moins grande. Notamment si vous voulez faciliter les deux formes de lancer nécessaires à ce jeu, que sont la passe et le « tir ». En effet, les enfants « chasseurs » devraient progressivement comprendre qu’il est intéressant de se faire des passes pour toucher plus facilement le joueur à la queue de la file.
Il nous semble assez attrayant de présenter la zone de jeu, comme une zone à savoir « vous ne pouvez pas y pénétrer quand vous avez la balle pour la lancer » afin de faire apparaître des tirs en suspension par exemple.
Comportements attendus :
Pour les chasseurs :
  1. S’organiser pour lancer fort ou vite afin de toucher le dernier de la file,
  2. S’organiser collectivement pour toujours pouvoir lancer avec le plus de chance de toucher le dernier de la file (occupation de l’espace, être disponible pour recevoir la balle, etc…),
  3. Faire planer de l’incertitude sur sa réelle intention avec la balle (avoir la même organisation motrice et/ou feinter).
Pour le serpent :
  1. S’organiser pour protéger le dernier de la file (à ce sujet les enfants peuvent gagner s’ ils entourent le dernier en formant une spirale, mais il est très rare qu’ils y pensent),
  2. S’organiser pour éloigner le dernier de la file des ballons,
  3. Pour le premier de la file :
    • gérer sa vitesse de déplacement pour ne pas rompre le serpent,
    • protéger le dernier de la file en bloquant les balles (si jamais cela arrive, il vous faudra ajouter une règle pour l’amener à redonner la balle si vous le souhaitez).
Ce qui pourrait poser problèmes :
  • la capacité de réflexion à condition de leur laisser un temps pour se questionner autour des règles, car pris dans le jeu les enfants ne pourront pas ou peu s’organiser,
  • la capacité à lancer fort ou passer,
  • la capacité à s’opposer à la balle pour protéger.
Variantes :
Faire émerger les règles du handball relatives à la manipulation de la balle :
  • je peux me déplacer en dribble,
  • je ne peux garder la balle plus de 3 secondes.
Ces règles peuvent être associées ou dissociées selon si vous souhaitez travailler sur le porteur de balle, le non porteur de balle ou les deux rôles.
Évolution :
Une fois avoir intégré la règle relative aux dribbles, il est possible de supprimer la zone de jeu, ainsi les chasseurs et le serpent se retrouvent dans une zone commune, cela permet de faire émerger notamment le jeu en courant.